103 - Trop tard, hélas !

Publié le par Petitalan

La Brenne, étang de la Gabrière.


On ne se parle pas assez, à ce qu'il se dit ! Ici, un poisson (mâle) parle à un poisson (femelle) - il y aurait eu quelque chose entre eux, autrefois ! - une femelle mal en point.
Des remords d'une part, peu de réconfort de l'autre. Né sous le signe des Poissons, un avantage indéniable et incontestable, à votre intention, j'ai proposé mes modestes talents de traducteur. Ce qui ajoute à la compréhension.

Elle mit ses mains à mon cou, et me regardant dans les yeux de ce regard que mes yeux absorbent, elle dit : " C'est toi que j'aurais dû aimer. " - Robert Desnos.

Ils sont bien trop tardifs ma belle tes regrets
de ne point t'être jetée jadis dans mes filets.
Mon coeur de poisson-poète t'était offert
mes bras (1) pour toi s'étaient grands ouverts.
Je te réservais l'essentiel de mes gros beaux vers,
raisonnablement le tout faisait amplement l'affaire
pour que nous menions à bien notre petite affaire.

Mais voilà ! bougre de pécheresse
au temps venu des chaudes liesses
c'est à un pêcheur que tu as offert tes ...
(emplacement à louer)
me récusant, moi le rimeur babelaire (2)
qui tant admirait tes reins beaux
tout comme ton devant, vers l'aine,
et aussi, pas d'oubli, le beau de l'air
tout autant que ta peau linéaire (3) .

A l'heure d'un juvénile bonheur exemplaire,
je n'ai pas eu l'heur de satisfaire à tes critères.
Aujourd'hui avec ton pêcheur tu as maille à partir
alors tu te déclares, tu regrettes et soupires.
Trop tard, c'est cuit, tu n'es plus qu'un petit poisson frit
tout juste bon à intéresser les amateurs de momies.
N I ni c'est foutu
Autrefois tu ne m'as pas cru
maintenant tu n'es plus crue. 

071105-01--19--La-Brenne--copie-1.JPG

Ce qui n'a pas commencé jamais ne finit.

(1) Des bras de poisson ! Levons au ciel les nôtres.
(2) Bavard, en argot bruxellois.
(3) N'oublions pas le formidable Guillaume.






 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Adrien 16/03/2010 18:39


Ah! J'aime ! (le texte, le poisson, Desnos aussi, bien sûr)


Petitalan 21/03/2010 14:51


Tu aimes les cocktails alors !
Bien à toi Grand.


Katia 15/03/2010 19:54


Là non plus, pas de rose... C'est en préparation p'tit père Fide ?

Salutations de la Fille Delle.


Petitalan 21/03/2010 14:36


C'est sur Blogger ma soeur qui ne voit rien venir.
Bonjour à Affreuloulou.


Katia 12/03/2010 17:12


Hello p'tit père Moulinette !

Moi aussi il m'arrive de prendre des cadavres aquatiques quand je me rends dans ma Normandie natale. Et je peux te dire que j'ai intérêt à me dépêcher pour prendre en photo les étoiles de mer avant
que les mouettes piquent dessus pour les bouffer. C'est l'horreur ! A la guerre comme à la guerre !

Fille Letdpêche.


Petitalan 14/03/2010 08:32


Et ron et ron...
La vie est ainsi, cruelle et fugace. Même pour les radis et carottes, une lutte contre ceux qui ont les crocs ...
Père Sékuté.