400 – Échos

Publié le par Petitalan

Pour faire (très) court




En une fuite qualifiée classiquement d’éperdue

La tendre flèche a percé la nue

Certainement dans une partie joliment charnue

Et sans avoir le temps de faire « Ouf ! » j’ai perdu les grues de vue.

 

Puisqu’elles s’enfuient vers le sud à tire-d’aile

Je me fais une raison :

Je passerai l’hiver sans elles

Chauffant mes vieux os aux tisons.

 

Lâcheuses !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

crasyone 16/12/2009 18:49


Pas lacheuses, malines, nuance !!


Petitalan 17/12/2009 13:04



C'est toujours comme ça quand une femme vous plaque. Malignement ? Lâchement ?
Bien à toi et bonne fin d'année. Santé.

RV bientôt sur  http://petitalan.blogspot.com/



philippe 16/12/2009 15:45


Ca n'a rien à voir avec ton article, mais je crois utile de te donner le com qui suit :
Voici un texte que m'a adressé Renard et il serait bon, à mon avis, de la faire circuler au maximum pour tenter de faire le buzz.
Amitiés
Béa et Lucien

Bonjour à tous

Avec un aminaute Pat59 nous sommes en train de réfléchir à un buzz, vous savez, avec tous les blogs qui dénoncent tous un truc ignoble en même temps (comme le coup de l'EPAD avec le dauphin), si
nous arrivons à nous fédérer entre blogueurs, ça pourrait marcher... car si le net parle de ce scandale des SDF partout, ça fera plus de vagues que 3 minutes dans un JT...
Après tout, les blogueurs italiens ont bien réussi à se fédérer et ensuite à rameuter la foule pour leur giga manif contre Berlusconi... J'y pense.....

Ce qui serait bien, ce serait que tous nos articles se terminent par la fameuse phrase du candidat Sarkozy lors d'un discours le 18/12/2006 pour prouver que nous ne faisons que rappeler une
promesse à tenir:


"Je veux, si je suis élu président de la république, que d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. Parce que le droit à l'hébergement,
je vais vous le dire, c'est une obligation humaine. Mes chers amis, comprenez-le bien : si on n'est plus choqués quand quelqu'un n'a pas de toit lorsqu'il fait froid et qu'il est obligé de dormir
dehors, c'est tout l'équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix qui s'en trouvera remis en cause."
Merci à un autre aminaute pour la phrase Lucien

Alors, bougeons nous qu'il ne soit pas dit que les français sont devenus des égocentriques frileux et qu'ils ont oublié les mots inscrits au frontons de leurs mairies: LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ,
mais qu'ils sont prêts à y ajouter le mot SOLIDARITÉ.

Bien sûr, il faut agir vite avant qu'il y ait trop de malheureux qui payent de leur vie l'égoïsme et la cécité des dirigeants
D'avance merci à tous ceux et celles qui chacun à leur façon feront quelque chose.


Petitalan 17/12/2009 13:06


OK. Ca marche, c'est parti.
Cordialement.


trublion 16/12/2009 12:37


Console toi, les cigognes  restent sur place, et comme le climat se réchauffe, nul doute que les grues en feront bientôt autant !
bien à toi


Petitalan 17/12/2009 13:07


Oui mais les éléphants vont rappliquer. Et les lions, etc.
Les hyènes d'ailleurs sont déjçjà là.
Bien à toi.

"Je veux, si je suis élu président de la république, que d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. Parce que le droit à l'hébergement,
je vais vous le dire, c'est une obligation humaine. Mes chers amis, comprenez-le bien : si on n'est plus choqués quand quelqu'un n'a pas de toit lorsqu'il fait froid et qu'il est obligé de dormir
dehors, c'est tout l'équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix qui s'en trouvera remis en cause."